Nouveau boulot !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nouveau boulot !

Message par Jeggan Gorsky le Mer 31 Mai - 20:02

D'abord c'est l'odeur du lieu qui fait que c'est pas pareil, mais ça gêne en rien, il suffit juste de s'habituer, y a rien de compliqué. Ça lui rappelle vaguement à la fois l'apothicaire de Baie et l'herboriste-alchimiste qui était installé juste à côté, à la différence qu'ici l'odeur est moins lourde, moins entêtante aussi, tout en marchant il cherche le mot, il entre, adresse quelques bonjours et sourires discrets aux gens qu'il reconnaît puis prend les escaliers qui descendent aux vestiaires, tranquillement.

Plus saine ! Oui voilà, 'saine' c'est ça le mot qu'il cherchait ! Une odeur saine ! C'est ça que ça sent partout ici, ça sent le propre, autrement que comme le savon. Alors oui forcément, il n'a jamais travaillé dans une odeur pareille. Ça change de l'odeur forte du poisson qui sèche en plein soleil sur des algues mortes infestées de grosses mouches vertes qui se régalent et grouillent en chœur autour d'une puanteur fétide. Tellement puante et forte qu'on a l'impression d'y avoir goûté aussi, de s'être roulé dedans et d'en colporter l'odeur.

Ça change de l'odeur de la graisse à moteur, celle mêlée aux fumées noires et toxiques qui s'échappent des créations gobelines ou gnomes aussi nocives les unes que les autres, pas un pour sauver l'autre … petits, agaçants et dangereux ! Ou bien cette odeur de naphte aussi, qui colle partout, aux doigts, aux vêtements, à la peau, crasseuse et poisseuse à souhait.

Ça change de l'odeur du métal en fusion, celle là qui vous prend à la gorge, au nez, et qui vous écorche jusqu'à saigner à force de moucher ou de cracher, qui pique les yeux noyés de gouttes de sueur épaisses qui n'en finissent pas de dégouliner... Cette odeur intimement liée aux bruits de la grosse masse qui s'abat sur l'enclume et dompte le métal rougeoyant par force de coups intenses et lourds.

Ça change aussi de l'odeur chaude du sang, celle qui se répand dans l'air à la saignée du cochon qui hurle son agonie sous la lame tranchante qui met un terme à sa vie. Cette odeur répugnante des tripes qu'on vide, de la peau qu'on dépèce, des membres qu'on désosse.

Et puis ça change aussi de l'odeur de la terre mouillée, ou bien de la terre en poussière, du foin coupé, du foin séché, des racines arrachées, du fumier décomposé, de l'humus, de l'odeur des champs qui baignent dans la rosée …

Tout en s'habillant pour prendre son service il pensait à tout ça … il en avait fait des chemins sales, pénibles et sinueux avant d'en arriver là ! Une nouvelle chance, on lui faisait confiance et il était prêt pour arpenter ce nouveau chemin. Il n'aurait cru personne si on lui avait dit qu'un jour il travaillerait au dispensaire, mais aujourd'hui il y était, il en était fier, et il allait être père … Alors pour rester ici, il allait tout faire !
avatar
Jeggan Gorsky

Messages : 64
Date d'inscription : 27/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum