Sale temps ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sale temps ...

Message par Jeggan Gorsky le Sam 8 Juil - 2:40

La veille avait été une des journées les pires de sa vie. Étrangement, une fois encore, les sentiments et émotions extrêmes se côtoyaient et s'entremêlaient malgré lui … A croire que pour avoir droit à une tranche de bonheur, il fallait en encaisser dix de malheur. Et le goût était bien amer.

En moins de vingt quatre heures il était passé de la joie d'un futur presque serein aux côtés de celle qu'il aime et de l'enfant qu'elle porte bien au chaud à un présent hanté par les ténèbres glacées de la mort. En moins de six mois, c'était la deuxième fois que la faucheuse venait s'immiscer dans leur couple pour leur arracher leur rêve et le transformer en regret obsessionnel, celui qui serre le cœur et la gorge à son évocation, celui qui vient hanter l'esprit la nuit, empêchant de trouver le sommeil et imposant de ressasser les questions existentielles …

Ils s'aiment et sont unis, ils se tiennent la main. Mais désormais, à leur pas, deux pierres tombales sont accrochées, comme ancrées dans leur chair respective. Invisibles et pourtant bien trop lourdes, ils savent tous les deux qu'ils ne s'en déferont jamais. Deux enfants sans visage, sans voix, sans même un prénom … deux âmes innocentes témoins d'un amour sincère, assassinées dans le ventre de leur mère par le même individu, Lucas Oarl.

Cathy était désormais rentrée à la maison, alitée, silencieuse, pâle .. comme si la mort avait laissé une empreinte indélébile et blafarde sur sa silhouette, en plus de lui confisquer tous ses sourires, et toutes ses envies. Comme si elle l'avait violée méchamment, épargnant volontairement sa vie pour lui infliger une souffrance morale des plus sournoises, comme si une partie de son corps entamait une lente agonie qui n'en finit pas de faire mal. Son visage blême, silencieux et dénué de toute expression de vie trahissait l'emprise insupportable des grandes douleurs muettes.

Au dispensaire, le même jour, la Docteur en chef l'avait pris à part pour lui proposer de devenir son adjoint. Elle lui faisait totalement confiance et il était profondément touché par cette proposition qui lui allait droit au cœur, mais la tristesse de la situation l'emportait et il était incapable de manifester le moindre signe de joie. Pourtant, au fond de lui, ce signe de reconnaissance lui faisait énormément de bien, il était simplement noyé au beau milieu d'un environnement subitement dévasté … et il allait falloir du temps, beaucoup de temps pour 'faire avec' deux plaies béantes en plein cœur.


" J'préfère voir quelque chose devant, sinon j'perce un fût et j'bois jusqu'à rouler par terre ! "


Il avait donc accepté sa proposition, comme un échappatoire, une bouée de survie … s'accrocher à quelque chose de positif pour reconstruire leurs vies …

Il était fou amoureux de Cathy, et fou de douleur de la savoir malheureuse.  Aurait il seulement la force de la hisser et de l'empêcher de se perdre ?
avatar
Jeggan Gorsky

Messages : 64
Date d'inscription : 27/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum